Protection du climat : feu vert pour les accords avec le Sénégal et le Vanuatu

Berne, 23.06.2021 - Lors de sa séance du 23 juin 2021, le Conseil fédéral a approuvé deux accords bilatéraux sur la protection du climat avec le Sénégal et le Vanuatu. Ces accords créent les conditions-cadres permettant à la Suisse de compenser une partie de ses émissions de CO2 via des projets de protection du climat menés dans ces deux pays. En 2020, la Suisse avait déjà conclu des accords similaires avec le Pérou et le Ghana.

En ratifiant l’Accord de Paris sur le climat, la Suisse s’est engagée à réduire de 50 %, avant 2030, ses émissions de gaz à effet de serre par rapport au niveau de 1990. Si elle entend atteindre cet objectif avant tout par des mesures réalisées dans le pays, elle peut aussi, en vertu de l’Accord de Paris, compenser ses émissions en menant des projets de protection du climat à l’étranger et prendre en compte les réductions d’émissions ainsi réalisées dans son objectif.

Le 20 octobre 2020, la Suisse et le Pérou ont été les premiers États au monde à signer un tel traité. Un mois après, la Suisse a conclu un accord similaire avec le Ghana. Lors de sa séance du 23 juin 2021, le Conseil fédéral a approuvé deux nouveaux accords de ce type, d’une part avec le Sénégal, d’autre part avec le Vanuatu, qui permettront à la Suisse de réduire les émissions de CO2 dans ces deux pays grâce à des projets de protection du climat. Ainsi, des installations de méthanisation seront construites dans des exploitations agricoles au Sénégal. Elles permettront de réduire l’utilisation de bois et de charbon comme combustibles dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, où les changements climatiques provoquent des pertes agricoles. Au Vanuatu, la production d’électricité à partir de ressources renouvelables (installation de panneaux solaires, p. ex.) sera encouragée sur des îles non raccordées au réseau électrique. L’État insulaire du Pacifique Sud est menacé dans son existence par l’élévation du niveau des mers et subit des tempêtes tropicales dévastatrices de plus en plus fréquemment en raison des changements climatiques. 

Protection de l’environnement et droits de la personne : des normes strictes

En concluant ces accords, la Suisse jette les bases pour mettre sur pied des projets climatiques internationaux qui répondent à des exigences strictes en matière de protection de l’environnement tout en respectant les normes internationales de protection des droits de la personne. Les accords obligent en outre les deux parties à utiliser une méthode qui prévient le double comptage des réductions d’émissions réalisées. Les projets sont soumis à un contrôle régulier de leur conformité aux critères définis.


Adresse pour l'envoi de questions

M. Franz Perrez, ambassadeur, chef de la division Affaires internationales, Office fédéral de l’environnement (OFEV), tél. +41 58 462 93 23



Auteur

Conseil fédéral
https://www.admin.ch/gov/fr/accueil.html

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

Secrétariat général DETEC
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

https://www.uvek.admin.ch/content/uvek/fr/home/detec/medias/communiques-de-presse.msg-id-84104.html