« Assumons nos responsabilités »

Berne, 23.09.2020 - Simonetta Sommaruga, Présidente de la Confédération, Message vidéo pour le débat général de la 75e Assemblée générale des Nations Unies

(Seul le discours prononcé fait foi)  

Monsieur le Président de l’Assemblée générale,

Monsieur le Secrétaire-général des Nations Unies,

Mesdames et messieurs les Chefs d’Etat et de gouvernement,

Excellences,

Mesdames et messieurs,

Il est des moments qui marquent de leur empreinte des générations entières. La fondation de l’organisation des Nations Unies il y a septante-cinq ans a été un tel moment. Pour cela, nous devons être reconnaissants à nos parents.

Pouvons-nous néanmoins aujourd’hui nous permettre un regard critique sur l’ONU ? – Oui, nous le pouvons ...  Nous le devons même.

En effet, septante-cinq ans plus tard, il y a toujours des guerres, plus de réfugiés et de déplacés que jamais, une crise climatique pour l’heure sans solution, des millions d’êtres humains souffrant de la faim, et l’égalité entre les hommes et les femmes qui n’est pas réalisée.

Nous pourrions critiquer l’ONU pour cela – mais au fond, quand nous parlons de « l’ONU », de qui parlons-nous ? – Nous parlons en fait de nous-mêmes, car l’ONU, c’est ses Etats-membres. Et ceux-ci font souvent obstacle au travail de l’ONU. Ils bloquent des décisions ou refusent de les mettre en œuvre, ils torpillent des résolutions et en violent les principes.

Cela affaiblit l’ONU. Et par là-même, cela nous affaiblit nous tous. Si nous voulons une ONU forte, alors nous devons, nous les Etats-membres, soutenir avec force l’Organisation et poursuivre ensemble ses objectifs. Car les objectifs de l’ONU sont nos objectifs.

Mesdames et messieurs,

Nous vivons dans une époque marquée par des tensions géopolitiques. Nombre d’Etats sont aussi de plus en plus polarisés dans leurs affaires intérieures.

Plus que jamais, l’ONU est indispensable pour la promotion de la paix et de la sécurité dans le monde. Elle incarne la cause des droits de l’homme, celle du développement durable ainsi que celle d’un monde réglé par le droit. Nous serions donc bien avisés de poursuivre ensemble les objectifs de l’ONU car ils nous profitent à tous et nous renforcent.

Mon pays est fier de contribuer à la réalisation des objectifs de l’ONU, même si cela n’est pas toujours aisé. Traduire en politique nationale les objectifs que nous nous sommes par exemple fixés dans le domaine climatique ou en matière d’égalité des sexes est difficile. Mais c’est pour cela que nous tous, hommes et femmes politiques, sommes élus : pour offrir à nos populations respectives et à l’humanité en général une vie décente dans la liberté et la sécurité.

Mon pays plaide aussi pour un ordre international réglé par le droit. Nous nous engageons pour le droit international humanitaire et la prévention des conflits, et offrons nos bons offices là où ils sont souhaités. Mon pays est prêt à assumer encore davantage de responsabilités et c’est pour cela que la Suisse est, pour la première fois, candidate à un siège non-permanent au Conseil de sécurité pour la période 2023- 2024.

Bien évidemment, la Suisse appuie sans réserve l’appel du Secrétaire-général à un cessez-le-feu mondial. Mais au-delà d’un tel appel, que faire ?

Nous devons investir encore davantage dans la prévention des conflits. Ici aussi, les droits humains doivent demeurer au centre de notre action. La « Genève internationale » contribue en ce sens également à la prévention des conflits, en accueillant par exemple le Conseil des droits de l’homme ou le Secrétariat du traité sur le commerce des armes.

En poursuivant les pires crimes, la Cour pénale internationale contribue à mettre en œuvre le droit international humanitaire. Nous confirmons ici notre soutien à la Cour pénale internationale en tant que partie intégrante d'un ordre international réglé par le droit. Afin de faciliter des échanges sur les meilleures façons de respecter ces normes humanitaires, la Suisse a été un des premiers pays à publier un rapport volontaire sur leur mise en œuvre nationale. Mon pays serait heureux de faire des émules.

S’il est juste de tenter de prévenir les conflits et de s’efforcer d’en atténuer les pires conséquences humanitaires, il est aussi crucial de résoudre durablement les conflits en cours. En tant que capitale de la paix, la « Genève internationale » y contribue en offrant un cadre qui permet le dialogue pour les parties au conflit.

La politique de paix suisse s’appuie sur des éléments fondamentaux de la culture politique de mon pays, tels que le partage du pouvoir, l’ouverture au dialogue, la tolérance et la prise en compte des intérêts de chacun. La Suisse entend encore renforcer à l’avenir ses capacités et son expertise de médiation et de facilitation pour venir en aide à celles et ceux qui souhaitent, par la voie du dialogue, mettre fin à des conflits.

Mesdames et messieurs,

Si la « Genève internationale » contribue à la paix et à la sécurité dans le monde, elle est aussi le siège de l’Organisation mondiale de la santé qui a joué un rôle si crucial depuis le déclenchement de la pandémie de COVID-19.

La crise sanitaire actuelle a provoqué des souffrances indicibles de par le monde. Ce sont les plus vulnérables qui ont été les plus durement touchés : l’enfant dans un camp de déplacés bondé ; la mère seule qui a perdu son emploi ; le jeune dont les perspectives professionnelles ont été anéanties ; ou encore les personnes âgées et les malades qui sont particulièrement exposés.

Mon pays s’efforce de faire face à cette pandémie au mieux.

Dans ce processus de lutte contre la pandémie, l’Organisation mondiale de la santé joue un rôle central. En tant qu’Etat-hôte de l’OMS et d’autres organisations internationales dans le domaine de la santé, la Suisse s’engage pour qu’elles puissent agir efficacement. Pour cela, l’OMS doit pouvoir disposer de ressources suffisantes et du soutien de nous tous pour mener à bien ses réformes. Est-il juste d’exiger autant de cette organisation alors que celle-ci dépend à 80% de contributions volontaires ?

Au-delà de la nécessaire lutte contre l’actuelle pandémie, il nous appartient aussi dès à présent de penser au monde qui émergera de cette crise et qui ne saurait entièrement être celui d’hier. Si toute crise est une souffrance, c’est aussi un moment de changement qui permet de se réinventer.

Réinventons-nous donc en gardant à l’esprit les objectifs que nous nous sommes fixés à nous-mêmes lors de la création de l’ONU il y a septante-cinq ans.

Mesdames et messieurs,

il est des moments qui marquent de leur empreinte des générations entières. Dans de tels moments, des actions décidées et courageuses sont requises. Cela est vrai aujourd’hui. Du point de vue de mon pays, les tâches les plus urgentes sont la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable ainsi que de l’Accord de Paris, et un engagement accru en faveur de la paix.

C’est à nous, représentants politiques de nos pays respectifs, qu’appartient la responsabilité de prendre les bonnes décisions pour le bien de notre humanité commune et de notre planète. Assumons cette responsabilité.

Renforçons la capacité d’action de l’ONU et assurons-nous que les décisions que nous prenons aujourd’hui fassent la fierté des générations de demain.


Adresse pour l'envoi de questions

DETEC, Service de presse, +41 58 462 55 11



Auteur

Secrétariat général DETEC
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

Cette page ne répertorie que les discours disponibles en français. Si vous cherchez un discours particulier et que vous ne le trouvez pas, veuillez consulter cette page en allemand, italien ou anglais.

https://www.uvek.admin.ch/content/uvek/fr/home/detec/medias/discours.msg-id-80494.html