La conseillère fédérale Doris Leuthard a rencontré à Londres le ministre britannique de l’énergie et du changement climatique Edward Davey

Berne, 23.10.2014 - La conseillère fédérale Doris Leuthard a rencontré aujourd’hui à Londres Edward Davey, le ministre britannique de l’énergie et du changement climatique. Les entretiens ont porté sur les stratégies énergétiques des deux pays ainsi que sur les négociations en vue d’un accord sur la protection du climat applicable à l’échelle mondiale. La cheffe du DETEC a également rencontré des représentants de haut rang du gouvernement britannique avec lesquels elle a abordé les questions d’actualité liées aux transports et à l’environnement.

Le ministre britannique Edward Davey et la conseillère fédérale Doris Leuthard ont comparé les similitudes et les différences des stratégies énergétiques des deux pays. La Grande-Bretagne et la Suisse visent une sécurité de l'approvisionnement stable, des coûts bas et une compatibilité élevée avec l'environnement et le climat. Bien que les deux pays poursuivent les mêmes objectifs, les moyens pour les atteindre sont différents. Alors que la Suisse prévoit de sortir du nucléaire, de développer les énergies renouvelables et d'améliorer l'efficacité énergétique, la Grande-Bretagne projette notamment de construire de nouvelles centrales nucléaires avec une aide étatique pour la construction et l'exploitation. La conception et l'efficacité des programmes de rénovation des bâtiments ont également été abordées. Depuis 2013, la Grande-Bretagne mise notamment sur le Green Deal. Dans le cadre de ce modèle, les coûts des assainissements énergétiques ne sont pas pris en charge par les pouvoirs publics mais par le secteur privé, dans la mesure où les entreprises d'approvisionnement en électricité assurent le préfinancement. Les propriétaires ou les locataires remboursent ensuite les coûts d'assainissement en plusieurs tranches au moyen de leur facture d'électricité.

La cheffe du DETEC et le ministre britannique Edward Davey ont également discuté de l'importance de l'accord sur la protection du climat, planifié pour le mois de décembre 2015, et de ses travaux préparatoires. Les deux pays sont d'avis que tous les États devraient dans le cadre de cet accord s'engager à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre à partir de 2020. La Suisse et la Grande-Bretagne soutiennent en outre les contributions au Fonds vert pour le climat, qui servira à financer les projets de protection du climat dans les pays en développement.

Les mêmes questions ont été abordées avec Julie Elliott, ministre travailliste de l'énergie et du changement climatique au sein du cabinet fantôme.

La maîtrise de la mobilité croissante sur le rail et sur la route était au centre des discussions avec la baronne Susan Kramer, ministre chargée des transports. Dans ce contexte, les corridors RTE-T jouent un rôle déterminant pour le trafic marchandises. La gestion du trafic au moyen de systèmes intelligents et de modèles comme la RPLP et la tarification de la mobilité a également été abordée. Dans le centre de Londres, le péage urbain a contribué à réduire et à fluidifier le trafic. Le DETEC est en train d'élaborer un rapport sur la tarification de la mobilité.

Enfin, la cheffe du DETEC a rencontré Dan Rogerson, le secrétaire d'État chargé de l'eau, des forêts, des affaires rurales et de la gestion des ressources. Au programme figurait notamment une discussion sur les politiques de gestion des eaux usées, des crues et de la biodiversité des deux pays.


Adresse pour l'envoi de questions

DETEC, Service de presse, +41 58 462 55 11


Auteur

Secrétariat général DETEC
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

https://www.uvek.admin.ch/content/uvek/fr/home/uvek/medien/medienmitteilungen.msg-id-54934.html