Réfection du tunnel routier du Gothard : un second tube garantit une solution durable

Berne, 27.10.2015 - Le 28 février 2016, le peuple se prononcera sur une modification de la loi fédérale sur le transit routier dans la région alpine. Cette modification permettra la construction d'un second tube au Gothard puis la réfection du tunnel existant. Cette solution présente des avantages à long terme : l'axe routier du Gothard pourra rester ouvert au trafic même durant les travaux de réfection. De plus, les prochaines réfections pourront être mieux gérées, comme l'a souligné aujourd'hui à Berne la cheffe du DETEC Doris Leuthard en expliquant la position du Conseil fédéral. Par ailleurs, la sécurité s'en trouvera nettement améliorée.

Le tunnel routier du Gothard, ouvert en 1980, doit faire l’objet d’une réfection complète et devra être fermé au trafic pendant la durée des travaux. Pour conserver cette importante liaison entre le Nord et le Sud même durant les travaux de réfection, le Conseil fédéral et le Parlement ont décidé de construire un second tube puis d'assainir le tunnel existant. Pour ce faire, la loi fédérale sur le transit routier dans la région alpine a également été adaptée en conséquence. A l'issue de la réfection, les deux tubes seront en service. Cependant la capacité ne sera pas augmentée : la loi stipule que seule une voie par sens de circulation est ouverte au trafic. L'autre voie servira de bande d'arrêt d'urgence. Les collisions frontales et latérales pourront être ainsi largement évitées. En outre, le système de régulation du trafic lourd pratiqué depuis 2001 est ancré dans la loi. Ce système veille à limiter, pour des raisons de sécurité, le nombre de poids lourds se retrouvant en même temps dans le tunnel et à garantir le respect d'une distance minimale.

Le projet de réfection du Conseil fédéral coûtera 2,8 milliards de francs. Cette somme couvre les coûts de construction du second tube et les coûts de réfection du tunnel existant ainsi que les coûts des mesures transitoires nécessaires pour exploiter le tunnel en toute sécurité d'ici sa réfection. Ces travaux seront effectués comme les travaux actuels d'entretien durant les fermetures nocturnes habituelles du tunnel, lorsque le col est ouvert.

Avec un second tube, la Suisse bénéficie d'une solution durable : ainsi, il sera plus facile de gérer à l'avenir toutes les réfections. Sans un second tube, le tunnel routier du Gothard devrait être fermé pour une longue période tous les 30 à 40 ans ; pour gérer le trafic, il faudrait alors pendant la fermeture instaurer à chaque fois un système de chargement sur le rail des voitures de tourisme et des poids lourds, qu'il faudrait finalement démanteler à l'issue des travaux.

De telles solutions de réfection coûteraient entre 1,2 et 2 milliards de francs. Les sites potentiels destinés au chargement des poids lourds sont controversés en raison des nuisances occasionnées. Des recours sont à prévoir. A l'issue de la réfection, les installations de chargement devraient être à nouveau démantelées, si bien que les investissements correspondants seraient perdus. Au vu des nombreuses incertitudes que comporte cette variante, celle-ci ne constitue pas une solution viable pour le Conseil fédéral.

L'axe routier du Gothard est vital pour la Suisse. Dès lors, il est essentiel que cet axe reste disponible en permanence. Comme l'a souligné la cheffe du DETEC, Doris Leuthard, devant les médias : « La réfection du tunnel liée à la construction d'un second tube offre ces garanties. Une solution à long terme est dans l'intérêt de la population et de l'économie. » La protection des Alpes est sauvegardée. C'est également ce que garantissent l'article constitutionnel sur la protection des Alpes et la nouvelle restriction inscrite dans la loi : après la réfection du tunnel du Gothard, seule une voie par sens de circulation sera ouverte au trafic.

La réfection du tunnel du Gothard ne menace pas l'élimination des goulets d'étranglement sur les tronçons des routes nationales très fréquentés ; les deux projets vont de pair. Les projets liés à l'élimination des goulets d'étranglement relèvent des programmes d'élimination des goulets d'étranglement et probablement dès 2018 du Fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA). Quelque 890 millions de francs sont mis à disposition chaque année pour achever le réseau et améliorer les capacités. Aucun de ces projets ne sera remis en question par la construction d'un second tube au Gothard ni par la réfection du tunnel existant.

La politique suisse des transports consiste à transférer le plus possible le trafic marchandises de la route au rail. Ce transfert sera en outre renforcé suite à l'ouverture du nouveau tunnel ferroviaire de base du Gothard en 2016 et du tunnel de base du Ceneri en 2020. De bonnes routes continueront d'être nécessaires pour assurer la desserte fine et pour le trafic intérieur, ceci aussi bien dans les centres qu'au Gothard.


Adresse pour l'envoi de questions

DETEC, Service de presse, +41 58 462 55 11



Auteur

Secrétariat général DETEC
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

Office fédéral des routes OFROU
http://www.astra.admin.ch

https://www.uvek.admin.ch/content/uvek/fr/home/detec/medias/communiques-de-presse.msg-id-59234.html