Le Conseil fédéral examine la poursuite de l’utilisation du site de Dübendorf à des fins aériennes civiles (Dernière modification 28.02.2013)

Berne, 28.02.2013 - Le Conseil fédéral tient, provisoirement et pour des raisons de principe, à une exploitation de la piste de la Base aérienne de Dübendorf à des fins aéronautiques. Il a donc chargé le DETEC de lancer, en collaboration avec le DDPS, une procédure invitant publiquement à soumissionner afin de permettre aux éventuels intéressés de présenter un offre en vue de l’exploitation de l’aérodrome pendant vingt ans. Le DETEC est chargé de soumettre un rapport concernant les résultats de cette procédure d’ici à la mi-2014 au plus tard. A moyen terme, le DDPS ne peut plus continuer à exploiter la piste pour des raisons financières.

Dans le concept de stationnement de 2005, le DDPS a décidé d'exploiter la Base aérienne de Dübendorf au plus jusqu'à la fin 2014. Dans le cadre du développement de l'armée, le DDPS élabore un nouveau concept de stationnement et décidera quelles activités militaires seront poursuivies sur le site de Dübendorf. Au vu des directives financières, il est d'ores et déjà apparu que le DDPS ne pourra pas continuer à exploiter la piste et qu'à long terme, une base d'hélicoptères au plus pourra y être maintenue. Il faudra attendre l'adoption définitive du nouveau concept de stationnement pour savoir quand l'exploitation de la piste prendra fin et être fixé sur le maintien d'une base d'hélicoptères.

Du point de vue du trafic aérien, l'aérodrome de Dübendorf constitue une réserve unique, notamment en lien avec l'aéroport de Zurich-Kloten. Le Conseil fédéral a confié, dans le plan sectoriel de l'infrastructure aéronautique, un mandat d'examen d'une exploitation de la Base aérienne de Dübendorf en partenariat renforcé avec les civils. Le DETEC et le DDPS ont donc procédé à une étude de faisabilité, qui met également en lumière les conséquences économiques et en matière d'aménagement du territoire liées à une exploitation par les civils et les militaires. D'après les résultats de l'étude, les variantes examinées ayant trait à une utilisation aéronautique sont réalisables du point de vue de l'exploitation et une partie du périmètre de l'aérodrome peut être mise à disposition pour d'autres usages. Toutefois, un service de vol civil peinerait à être rentable. Les résultats de l'étude seront publiés après la décision du Conseil fédéral.

Le Conseil fédéral souhaite maintenant voir concrètement si un exploitant de l'aérodrome peut être trouvé pour une période 20 ans. Il a donc chargé le DETEC de lancer une procédure invitant publiquement à soumissionner et de lui adresser un rapport à ce propos d'ici à la mi-2014 au plus tard. Dans ce contexte, le Conseil fédéral suppose que l'aérodrome civil pourra être exploité en commun pour l'aviation d'affaires et l'aviation légère de tourisme, à l'exception des vols de ligne et les vols charters réguliers, ainsi que pour l'aviation militaire. Le Conseil fédéral a demandé au DETEC d'impliquer également les autorités zurichoises dans la préparation de la procédure.


Adresse pour l'envoi de questions

Sonja Margelist
Porte-parole du DDPS
031 324 88 75

DETEC
Service des médias OFAC
031 324 72 87


Auteur

Conseil fédéral
https://www.admin.ch/gov/fr/accueil.html

Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports
http://www.vbs.admin.ch

Office fédéral de l'aviation civile
http://www.bazl.admin.ch

https://www.uvek.admin.ch/content/uvek/fr/home/detec/medias/communiques-de-presse.msg-id-47954.html