High-Level Pledging Event for the Humanitarian Crisis in Yemen - Opening Session

Berne, 26.02.2019 - Statement by Federal Councillor Simonetta Sommaruga, Vice-President of the Federal Council, Co-Chair of the Conference, Palais des Nations, Geneva, 26 February 2019

Seules les paroles prononcées font foi! 

Monsieur le Secrétaire général,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Au nom du gouvernement suisse, je vous souhaite la bienvenue à Genève. Je tiens tout particulièrement à remercier le Secrétaire général des Nations Unies, Monsieur Guterres, ainsi que la Ministre des affaires étrangères de la Suède, Madame Wallström. C’est un honneur pour la Suisse de présider, pour la troisième fois, cette conférence aux côtés des Nations Unies et de la Suède.

Nous autres êtres humains, nous explorons l’espace, nous sommes capables de réaliser des découvertes qui sauvent des vies, des progrès qui améliorent le quotidien.

Et pourtant nous échouons trop souvent à éviter ce qu’il y a de pire au monde : la guerre.

Et nous échouons souvent aussi à retrouver la paix quand un conflit a éclaté.

Or, où il y a une volonté politique, il y a aussi un chemin vers la paix.

Aujourd’hui aussi il s’agit d’un conflit, d’un conflit qui a conduit à la plus grave crise humanitaire au monde, celle qui touche le Yémen. Cette crise est provoquée par l’homme. C’est à lui qu’il revient de trouver au plus vite une sortie de crise et un chemin vers la paix.

La solution à ce conflit, qui sévit depuis quatre ans, ne peut et ne doit pas être militaire. Seule une solution politique peut contribuer à résoudre cette crise humanitaire sans précédent. C'est pour cette raison que la Suisse soutient le processus de paix de l'ONU. Mon pays salue les efforts inlassables de l'Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour le Yémen, Martin Griffiths. En tant qu’Etat hôte des pourparlers de paix sur le Yémen dans le passé, la Suisse se tient prête à offrir ses bons offices à l’avenir aussi.

La Suisse se félicite des progrès réalisés lors des consultations de Stockholm. Il est impératif de poursuivre sur cette lancée et de concrétiser les engagements pris. A ce titre, l'accord du 17 février sur le retrait des parties au conflit de la ville d’Hodeidah représente une étape cruciale.

Mesdames et Messieurs,

Si nous espérons des progrès sur le plan politique, la situation humanitaire n’en demeure pas moins désespérée.

La Suisse appelle toutes les parties au conflit à respecter le droit international humanitaire. Elle rappelle la nécessité de protéger les personnes hors de combat, le personnel humanitaire, la mission médicale et les infrastructures civiles, les hôpitaux, les écoles, tout ce qui fait le cœur d’une société.

Nous sommes particulièrement préoccupés par l’exploitation et la violence envers les femmes et les filles.

Une nouvelle fois, l’humiliation sexuelle est utilisée comme une arme de guerre et c’est insupportable. Indigne du genre humain.

Mesdames et Messieurs,

La conférence d'aujourd'hui a deux objectifs principaux :

  • Premièrement, il faut sensibiliser la communauté internationale. Nous n'avons pas le droit d’oublier le Yémen. Nous devons continuer à soutenir cette population touchée par les fléaux de la guerre et de la faim.  
  • Deuxièmement, il faut mobiliser l'aide humanitaire nécessaire aux Yéménites dans le besoin. Notre assistance est cruciale pour la survie de millions de personnes.

La Suisse contribue cette année à hauteur de 13,5 millions de francs au Plan de réponse humanitaire, ce qui correspond à 13,5 millions de dollars américains. De plus, elle s’est engagée à verser un million supplémentaire en soutien à la paix (Peace Support Facility).

L'engagement de la Suisse est à long terme. Notre stratégie de coopération, qui porte sur quatre ans, s’élève à 54 millions de francs au total. Au Yémen, la Suisse se concentre sur les domaines dans lesquels elle possède une expertise particulière : le secteur de l'eau, la protection de la population civile et la sécurité alimentaire.

Mesdames et Messieurs,

Le rôle des exportations de matériel de guerre dans la région demeure une question épineuse. Nous devons tous prendre nos responsabilités.

Parce que nous le savons : peu d’actes représentent un plus grand risque pour les victimes de conflits armés que la fourniture d’armes.

Permettez-moi de conclure en remerciant tous nos partenaires qui soutiennent depuis longtemps la population yéménite, et ce, malgré des défis considérables en matière d’accès. La Suisse remercie tout particulièrement Madame Lise Grande, coordinatrice humanitaire des Nations Unies, qui, avec son équipe, s’efforce d’améliorer la situation sur le terrain.

Aujourd’hui, il est impératif que nous mobilisions les moyens financiers nécessaires afin d’apporter un espoir et des perspectives aux millions de femmes, d’hommes, de filles et de garçons au Yémen. Celles-ci et ceux-ci dépendent désespérément de notre engagement.

Je vous remercie.


Adresse pour l'envoi de questions

DETEC, Service de presse, +41 58 462 55 11


Auteur

Secrétariat général DETEC
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

Cette page ne répertorie que les discours disponibles en français. Si vous cherchez un discours particulier et que vous ne le trouvez pas, veuillez consulter cette page en allemand, italien ou anglais.

https://www.uvek.admin.ch/content/uvek/fr/home/detec/medias/discours.msg-id-74114.html