Les ministres de l’environnement des pays germanophones favorables à des investissements respectueux du climat

Berne, 30.04.2019 - Lors de leur réunion annuelle à Münster (Allemagne), les ministres de l’environnement des pays germanophones ont principalement discuté de la politique climatique, de la promotion de la biodiversité et de la gestion des produits chimiques. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a souligné le rôle du secteur financier dans la protection du climat. Elle a estimé nécessaire que les banques et les compagnies d’assurance investissent davantage leur argent en fonction de critères écologiques.

Les ministres de l’environnement se sont rencontrées suite à l’invitation de la ministre fédérale allemande de l’environnement, de la protection de la nature et de la sécurité nucléaire, Svenja Schulze. La Suisse était représentée par la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. Parmi les autres participants figuraient Carole Dieschbourg, ministre luxembourgeoise de l’environnement, du climat et du développement durable, Elisabeth Köstinger, ministre fédérale autrichienne du développement durable et du tourisme, et Dominique Hasler, ministre de l’intérieur, de l’éducation et de l’environnement du Liechtenstein.

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga souhaite des flux financiers plus durables

Les ministres ont parlé en détail de la politique climatique internationale, notamment dans la perspective de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques au Chili (COP25), qui aura lieu en décembre 2019. La Suisse s’est engagée à mettre en œuvre efficacement l’Accord de Paris sur le climat. Pour la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, il est indispensable d’établir rapidement des règles contraignantes dans le monde entier. La COP25 abordera la question de savoir comment les réductions d’émissions réalisées à l’étranger pourront être transférées et prises en compte dans la réalisation des objectifs nationaux. Il faudra notamment veiller à ce que les réductions d’émissions ne puissent être comptabilisées deux fois. Les ministres ont également discuté de l’importance de flux financiers durables dans la politique climatique. Elles ont souligné la nécessité que les banques et les compagnies d’assurance investissent davantage leur argent selon des critères écologiques, comme l’exige l’Accord de Paris, a déclaré la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. Les technologies n’émettant pas de CO2 doivent être davantage prises en considération. La Confédération mène des pourparlers à ce sujet avec le secteur financier. Il est dans l’intérêt de la Suisse d’orienter sa place financière vers un développement durable, a souligné la cheffe du DETEC. À moyen terme, il faudrait que tous les flux financiers soient conçus de manière à respecter le climat.

La biodiversité était également à l’ordre du jour. Les ministres ont discuté des mesures visant à prévenir la disparition d’animaux, de plantes et d’habitats. Elles ont convenu qu’il fallait faire davantage pour protéger la biodiversité, estimant notamment que la Convention sur la diversité biologique devait être renforcée. Les États membres de la Convention en décideront lors de leur prochaine rencontre en Chine en 2020. La Suisse s’est engagée à atteindre des objectifs mesurables et vérifiables.

Des règles plus strictes pour la gestion des produits chimiques

La discussion a également porté sur la gestion des produits chimiques qui peuvent mettre en danger l’ homme et l’environnement. La Suisse s’engagera pour que la stratégie mondiale pour les produits chimiques de 2006 définisse à l’avenir des objectifs plus stricts, a annoncé la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. L’État et les entreprises privées doivent assumer leurs responsabilités. Il faut également des normes applicables au niveau international, par exemple en ce qui concerne l’utilisation de produits chimiques dans les textiles. 

Enfin, les ministres ont réaffirmé leur intention de collaborer avec la France pour assurer une migration sans obstacle des poissons sur le Rhin. Elles ont en outre discuté des mesures d’assainissement et de renaturation des plans d’eau.


Adresse pour l'envoi de questions

Harald Hammel, Service de presse et d’information DETEC, +41 79 444 68 13


Auteur

Secrétariat général DETEC
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

https://www.uvek.admin.ch/content/uvek/fr/home/uvek/medien/medienmitteilungen.msg-id-74848.html